Bière IPA : définition, histoire, caractéristiques

Dernière mise à jour: 25.05.22

 

Avec un sigle qui peut parfois laisser perplexe, les bières IPA représentent désormais la boisson du moment et d’ailleurs, on les retrouve dans la majorité des brasseries artisanales. En effet, cela fait maintenant 20 années qu’elles sont omniprésentes, marquant une nouvelle ère dans le domaine de la brassicole. 

 

Bière IPA : définition

La première chose que vous désirez sûrement savoir repose sur la signification du sigle ipa. Sachez alors qu’il s’agit ici de l’acronyme de l’ensemble de mots « India Pale Ale » qui est relatif à l’histoire ainsi que l’origine de la bière en question. En effet, cette boisson a vu le jour à une époque où l’Inde avait été dominée par l’Empire britannique. Néanmoins, le sigle IPA n’est arrivé que bien plus tard, car auparavant le mot India n’était pas au goût du jour et on parlait essentiellement de bière Pale Ale. Pour les non-connaisseurs, cette dénomination fait référence à la famille des bières ayant subies une haute fermentation à l’Anglaise et qui ont fait l’objet d’un brassage avec des malts pâles subrepticement torréfiés pour obtenir une robe d’une teinte jaune paille ou ambré clair. On comprendra donc que les Ales viennent s’opposer aux Lagers d’origine allemande.

 

Quelle histoire se cache derrière la bière IPA ?

Maintenant que vous savez ce que veut dire IPA, nous allons vous retracer l’histoire de cette boisson qui est à l’air du temps. Bien évidemment, nous n’allons pas remonter à l’origine de la bière en général et encore moins vous indiquer qui a inventé la bière, étant donné que nous nous concentrons essentiellement sur les types de boissons IPA.

Pour planter le décor, c’est au cours du XVIIIe siècle que les choses se déroulent. À cette époque, les Anglais procédaient systématiquement à des importations de bière en Inde qui était sous l’emprise britannique et cela se faisait de manière massive. En ce temps-là, la transaction nécessitait de passer plusieurs mois en mer (6 mois), car le trajet devait se faire en bateau. Résultat : les bières arrivaient à bon port, mais leurs états laissaient à désirer. Entre autres, le climat de l’Inde n’était pas toujours propice à un brassage sur place, ce qui avait principalement démotivé les colons anglais à déguster les alcools locaux, craignant de contracter des maladies.

Pour pallier ce souci, les brasseurs ont ainsi décidé d’accroître le taux de houblon en tirant avantage sur ses propriétés antiseptiques et permettre à la boisson de ne pas se détériorer rapidement. Dans la même lancée, certaines brasseries ont choisi d’ajouter un brin de sucre à la composition de la bière et ce n’est que succès. Les bières étaient désormais en mesure de supporter les longs voyages grâce au fait qu’elles étaient enrichies en houblon et beaucoup plus fortes. D’ailleurs, la dégustation devenait meilleure de par les saveurs obtenues et c’est dans ce décor que l’ipa bière voit le jour.

Vous l’aurez compris, ce type de bière a donc été présent depuis la nuit des temps, mais au cours de la seconde moitié du XXe siècle, on assiste à un grand regain d’intérêt à l’égard de ce style.

La craft beer a signé le retour à l’IPA

Depuis que les techniques de brassage ont évolué, on assiste à la prolifération de plusieurs types de bière. Néanmoins, entre les années 1970 et 1980, la brasserie artisanale est à nouveau sous les feux des projecteurs, ressuscitant de loin le style IPA qui avait été partiellement effacé de la mémoire des brasseurs. En effet, afin de faire des économies, la quantité de houblon a été scrupuleusement réduite dans la composition de la bière industrielle qui a connu son heure de gloire au XXe siècle. 

Toutefois, l’arrivée de la craft beer a su remettre les pendules à l’heure et ainsi redorer l’image du surnommé « or vert », avec une recette doublement enrichie en houblon en comparaison à une Pale Ale classique. Alimentés par une passion fervente pour la bière artisanale et désireux d’explorer de nouveaux univers, les brasseurs crafts se sont ainsi engagés auprès des IPA. Lancée officiellement en 2008, la punk ipa issue de Brewdog avait fait exploser les ventes sur les terres européennes.

Par ailleurs, il importe de préciser qu’en cours de route, ce style a également donné naissance à d’autres boissons du même genre ainsi qu’à des déclinaisons secondaires de l’IPA, notamment la Brut IPA. Néanmoins, la NEIPA ou New-England IPA qui est une bière ale houblonnée avec un brassage à l’avoine est également dans le coup et elle s’est faite adopter par une poignée d’amateurs de bière.

 

Quelles sont les caractéristiques de la bière IPA ?

Pour ceux qui ont du mal à distinguer l’IPA des autres bières, la première chose qu’il faudra retenir, c’est que la robe ne vous livrera pas toujours les bonnes informations. En ce sens, il faudra principalement se fier au profil aromatique particulier que révèle le breuvage.

Le goût d’une bière IPA fait également toute la différence, car cela se caractérise par une présence légèrement prononcée de l’amertume qui est rehaussée par des arômes bien prononcés. En effet, la composition hautement houblonnée de l’IPA favorise son goût amer, étant donné que c’est l’élément principal qui octroie l’amertume à ce type de boisson. Certains brasseurs vont même aller plus loin en abusant des houblons amérisants, et même si certains trouvent que le jeu en vaut la chandelle, ce détail peut décourager les palais les plus sensibles.

En ce qui concerne les saveurs, il sera difficile de présenter les choses objectivement et donc d’entrer dans la généralisation des IPA étant donné que ce point demeure très variable selon les ingrédients employés et la qualité du houblon. Vu sous cet angle, il est tout à fait logique que les arômes soient eux aussi différents et changeants d’une bière IPA à l’autre. Toutefois, le point commun que l’on peut énoncer repose sur les notes de fruits tropicaux et d’agrumes.

Pour ce qui est de la robe, la couleur tend vers le blond à l’ambré, avec une teneur en alcool qui est généralement comprise entre 5 et 7°.

 

2 classiques à absolument tester

Même si la bière IPA est actuellement au goût du jour, ce breuvage n’est pas pour autant adopté de manière unanime. Dans certains cas, il arrive qu’on le trouve trop amer et on lui reproche également ses arômes beaucoup trop prononcés. En ce sens, pour une dégustation sans casse, nous prenons le soin de vous présenter nos 2 boissons coup de cœur qui représentent de réelles références.

John Martin’s IPA

Ce breuvage est particulièrement apprécié grâce à sa grande finesse. En effet, ses brasseurs ont réussi à trouver la juste dose entre le malt et le houblon, ce qui permet à la bière de bénéficier d’une entière protection sans que l’amertume empiète sur la rondeur de l’ensemble. Par ailleurs, à la dégustation, on décèle des saveurs d’agrume qui sont fortement présentes, sans pour autant agresser les palais les plus fins. Le nez, quant à lui, révèle un bouquet de houblons qui laisse transparaître un procédé de houblonnage à cru. La robe se distingue par une couleur ambrée surmontée par une mousse bien épaisse. Une fois en bouche, les notes poivrées et épicées se bousculent pour vous séduire. Et comme on peut s’y attendre, l’amertume est présente, mais elle se révèle timidement pour une courte finale.

 

Punk IPA de Brewdog

Cette boisson représente le fruit du travail acharné de 2 brasseurs écossais qui, en 2007, se sont donné le mot pour brasser et vendre les bières qu’ils ont longtemps rêvé de déguster. Et ce n’est que pari gagné, car à l’occasion d’un concours de brassage orchestré par un grand distributeur anglais, Brewdog rafle les premières, secondes, troisièmes et quatrièmes places.

Au fil du temps, le goût du breuvage a beaucoup évolué et l’amertume est devenue un élément essentiel qui permet d’apprécier correctement cette bière qui s’est vue rapidement propulsée en avant. En effet, cette ipa beer est en tête de vente à travers l’Europe.

Au moment de la dégustation, vous allez vous retrouver nez à nez face à une saveur enrichie en fruits exotiques et tropicaux, relativement domptée par le litchi et la mangue. Une fois en bouche, le biscuit et le caramel dominent pour ensuite laisser place au houblon. L’omniprésence de l’amertume vient couronner le tout.

Enfin, nous tenons à vous rappeler que l’abus d’une telle boisson reste déconseillé, il n’est donc pas ici question de vider tout un fût de bière à la dégustation.

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES